Quel est mon degré de légitimité dans le métier ?

Pour être tout à fait transparente, je ne suis pas fille d'une énième génération de joailler. Je ne porte pas ma filiation en étendard : je suis surtout la fille de ma mère, une femme moderne et incroyablement passionnée par les bijoux. C'était « son truc à elle » pour se remonter le moral, fêter un évènement fort et le marquer d’une pierre blanche… une pierre précieuse ! Je la revois encore, décidée, prête à se faire plaisir et à partir à la recherche du modèle qui ferait basculer son coeur. Je me rappelle de tout : l'excitation, l'euphorie et le bonheur d’avoir trouvé !

L’acquisition d’un bijou se passe généralement en plusieurs étapes. D’abord, l’envie de faire plaisir ou de se faire plaisir, suivi d’une phase de repérage plus ou moins longue afin de trouver son objet de convoitise : le bijou rêvé. S’ensuit une phase de fantasme, de désir, avant de franchir le pas et de le posséder, enfin. Et il y a l'après... Parce que plus qu'un objet, le bijou est véritablement un témoin de vie qui nous accompagne chaque jour et qui porte en lui nos moments les plus forts et les plus intimes. Ma mère est une femme libre et avant-gardiste. Elle a toujours adoré s'offrir ses bijoux, un acte fort à l’époque, porteur déjà des valeurs féminines et féministes qu’elle incarne à la perfection. Je garde en moi tous ces instants magiques vécus avec elle. C’est ce qui m’anime et me porte chaque jour dans mon métier, qui me pousse à m'occuper de chaque cliente avec la plus grande bienveillance, à les conseiller avec justesse. Je veux qu'à leur tour, elles puissent vivre ce moment unique et magique !

Finalement un bijou, c'est une ode à la vie, au bonheur, à la transmission. Alors, merci Maman de m'avoir communiqué ta passion et ton amour pour le beau.

Suivez-moi sur Instagram

Copyright © 2017 L-S Buecher All rights reserved - mentions legales